Un homme fait une séance de musculation de ses pectoraux en poids libre

FAQ Musculation : vos questions, nos réponses

Alors voilà, on s’est dit qu’il pouvait être utile de répondre avec sincérité à certaines questions et réflexions. Nous les entendons très souvent. Elles concernent la pratique de la musculation. Ces interrogations et réactions sont courantes. Elles ne sont pas toutes ici, on en garde en réserve.
Voici quelques réponses qui peut-être vous éclaireront.

« – Une fois par semaine, la musculation est- ce suffisant ? »

"Faire le forcing" au début sur la musculation puis abandonner est une mauvaise idée. La régularité paie.
« Faire le forcing » au début sur la musculation puis abandonner est une mauvaise idée. La régularité paie.

C’est toujours mieux que pas du tout ! C’est mieux aussi que de venir  de façon aléatoire.  Un grand classique c’est : tous les jours en début d’abonnement…  puis plus du tout pendant une longue période… pour reprendre…. et ensuite de nouveau arrêter. Dans ce cas là, c’est la galère. Un pas en avant et deux en arrière.  Il y a peu ou pas de progrès mais de la fatigue,  des courbatures et l’impression de ne jamais s’intégrer dans la salle.
Une fois par semaine  cela vous permet de bien vous acclimater. Vos progrès sont réguliers et solides. Ce rythme sûr vous fera certainement un jour passer à la vitesse supérieure.  La régularité cela paie toujours !

 « -Combien de fois par semaine il faut venir pour avoir des résultats ? »

La moyenne est de deux à trois fois par semaine. Au départ, il est bien de prendre ses marques. Il faut s’habituer à augmenter sa dépense physique. Cela peut entraîner une certaine fatigue, des courbatures et une réorganisation de son emploi du temps. Commencez la musculation par deux fois sûres. Au fur et à mesure intégrez une troisième séance. Au bout de trois mois : vous avez des résultats. Vous êtes content de vous. Vous vous tenez mieux et vous êtes moins fatigué au quotidien. À l’issue de la première année : vous avez réellement changé. Votre silhouette est modifiée. Vos muscles se sont dessinés, galbés. Votre masse graisseuse a diminué… surtout si vous avez fait attention à votre alimentation.

« – Les protéines en poudre, c’est du dopant ? »

Protéines en poudre de la marque INKOSPOR
Protéines en poudre, vendues chez Côté-Corps pour favoriser la prise de masse musculaire

NON. C’est un aliment «concentré» en protéines. Généralement ces poudres contiennent aussi des glucides mais très peu de lipides. Les protéines ne l’oublions pas sont les nutriments des muscles. Ils en ont besoin pour conserver leurs spécificités. Ces protéines sous forme de poudre à mélanger dans de l’eau ou des laitages permettent de palier une alimentation pauvre ou insuffisante en protéines.
En cas d’entraînement intensif et/ou orienté vers la prise de masse, il est souvent nécessaire d’en rajouter à l’alimentation. Celle-ci ne pouvant, sous la forme des aliments standards, apporter tous les besoins. Il faut consommer entre 1 à 3 g de protéines par kilo de poids de corps par jour. Imaginez le nombre de steaks, poissons et autres qu’il faudrait ingurgiter ! Sans parler du temps passé à table, puis à digérer.

« -Si on prend des protéines, on prend des muscles »

On gagne en masse musculaire si on s’entraîne et si on mange correctement. Sans cela, l’ingestion de protéines en plus d’une alimentation «normale» est inutile. Pire, tout aliment ingéré et non utilisé se stocke sous forme de graisse.
Donc quelqu’un qui prendrait des protéines en poudre en plus de son alimentation, sans s’entraîner ou très peu,  pour ressembler à Arnold Schwarzenegger, aurait : tout faux. À bon entendeur !

 « – La muscu, c’est de la gonflette »

Image humoristique du buste d'Arnold S. transformé en coussin de Chesterfield
Gonflette ou gonflé ?

Gonfler… suppose de mettre de l’air ! Il n’y a pas d’air dans les muscles. Cependant la densité d’un muscle peut varier d’un individu à l’autre en fonction de ses propres qualités musculaires, de son sexe et de son âge.
La section (l’épaisseur) du muscle est proportionnelle à la force. Un gros muscle est logiquement fort. En musculation chaque groupe musculaire et chaque muscle sont travaillés en général de manière isolée (tout seul). Chaque muscle est fort indépendamment des autres.
Cependant, on peut avoir des muscles moins impressionnants et être très fort. Voyez les danseurs. Ce sont les entraînements qui font la différence. Je vous en reparle une autre fois, OK ?

 « -La musculation ça fait grossir ! »

La prise ou la perte de poids avec la musculation dépend aussi de votre alimentation.
La prise ou la perte de poids avec la musculation dépend de votre alimentation.

Tout dépend de ce que l’on entend par grossir. La musculation développe la masse musculaire. Les proportions de ce développement dépendent d’une multitude de facteurs. Votre assiduité, votre intensité, votre expérience de l’entraînement, votre âge, votre alimentation, vos propres qualités et capacités physiques.
Si vous ne vous entraînez pas suffisamment et que vous mangez trop : vous grossirez en stockant les surplus sous forme de graisse.
Si vous vous entraînez suffisamment, que vous mangez correctement et de manière adaptée à votre entraînement : vous prendrez des muscles…et vous perdrez de la graisse.
Si vous vous entraînez avec intensité tout en diminuant vos apports caloriques : vous maigrirez (graisse et malheureusement muscles si vous êtes dans l’excès).

« -Je veux des muscles longs ! »

Un muscle possède des insertions précises. Il est tendu d’un endroit à un autre pour permettre la mobilisation par sa contraction d’une articulation ou d’un organe. Il existe des muscles plus longs que les autres. Un muscle para vertébral (entre deux vertèbres) est plus court qu’un adducteur de la hanche (intérieure de la cuisse – le long du fémur). C’est une évidence. Les fémurs ne rétrécissent pas avec la musculation !
Quand les femmes, oui c’est souvent une réflexion de femme, disent cela, c’est souvent par défaut. Elles ne veulent pas ressembler à des bonbonnes ! Et on les comprend.
Pas de danger si l’entraînement et l’alimentation sont en harmonie. Vos muscles se galberont tout en finesse si c’est votre souhait.

« – Est-ce que je vais perdre mon ventre en faisant des abdos ? »

Ventre qui a retrouvé sa forme
Comment faire pour perdre mon ventre ?

Oui et non. En vous dépensant, vous allez utiliser vos graisses de réserves. Cela sous deux conditions : l’intensité de l’entraînement et le contrôle alimentaire. On y revient toujours. L’alimentation est le paramètre essentiel (60%) de la réussite.
Le ventre est une région de stockage adipeux. En ne faisant travailler que vos abdominaux, cela ne suffira pas à utiliser les réserves de cet endroit. Pour des résultats il faudra, au choix : augmenter votre intensité à l’entraînement (pour vous dépenser plus), franchement réduire les entrées alimentaires ou du moins les contrôler qualitativement ou – et c’est le mieux – les deux.
L’organisme va chercher les réserves où elles se trouvent. Donc en faisant, par exemple, des séances de cuisses de manière intensive, vous pourrez perdre votre ventre. L’effort demandé est important. Le corps a besoin de carburant = énergie. Il va la chercher où elle se trouve : sur votre ventre !

Image Credits: AA Photography, CC-BY-NC-ND 2.0, Clker Free Vector image, CCO, Inkospor, FB_IMG_1473347642618, Skeeze, CCO, pixabay.com PDP