Groupe de jeunes nageurs

La musculation pour nageurs, un duo d’enfer !

Ces nageurs font partie de l’Union Quimper Natation et sont une quinzaine depuis trois ans à venir user les barres pour améliorer leurs performances et cela fonctionne plutôt bien ! Ils sont collégiens et lycéens, ont entre 14 et 18 ans et nagent entre 4 et 6 fois par semaine.

L’eau, la fonte……..ouais !

Haltères et barres de musculation
La fonte des nageurs

L’entraînement en musculation consiste à déplacer des charges pour améliorer des qualités musculaires. Il permet un travail  ciblé, qualitatif, productif et somme toute assez rapide. En natation les muscles permettent à la fois la mobilisation et la stabilité. Ils sont composés de différents types de fibres qui ont des actions différentes mais qui travaillent ensemble.
La section d’un muscle est proportionnelle à sa force.
Le travail de  musculation va permettre d’améliorer la force.
La force permet la puissance.
La puissance est facteur de vitesse.
Un nageur qui gagne est un nageur qui nage vite !

À l’eau, à sec ?

Une brasseuse en action
La nageuse I.P. en pleine action de brasse

Entraîner à sec les épaules, les dorsaux, les pectoraux – pour ne citer qu’eux- va permettre d’alléger les séances dans l’eau. Elles pourront être plus orientées vers  la technique de nage et la gestion des courses par exemple. Le renforcement musculaire pratiqué en salle ne sera pas à faire dans l’eau. Car n’utiliser que la résistance de l’eau pour prendre des épaules….et bien il faut en faire des longueurs, des longueurs et des longueurs.

RENFORCEMENT ÉCONOMIQUE.

Le maillon de l’onde

Un maillon de chaine en fer
Un maillon de chaine

La coordination des quatre nages implique pour chacune d’elles la mobilisation du corps dans son entier. La mobilisation d’un seul segment du corps affecte tous les autres. Comme une chaîne que l’on secouerait par une de ses extrémités pour lui faire produire des vagues. Si un élément, un maillon de cette chaîne est faible : l’onde est brisée ! La musculation peut améliorer et renforcer un muscle ou un groupe musculaire spécifique moins performant que les autres.

RÉPARATION.

Sustentation : ouh !là là…quel mot !

Sur terre…..la surface est normalement stable et nous n’avons pas à nous en préoccuper particulièrement. Pour aller vite, un coureur utilise sa force bien sûr, sa technique évidement et ses appuis au sol.
Dans l’eau c’est une autre histoire ! Le nageur doit crée sa propre base de sustentation (sur laquelle repose l’équilibre). Il doit pouvoir, pour être hydrodynamique (l’équivalent d’aérodynamique pour l’eau), parfaitement coordonner le haut et le bas de son corps. Cela n’est possible qu’avec un gainage puissant du tronc qu’il est (presque) facile d’obtenir avec la musculation.

ÉQUILIBRE.

Bon d’accord…

… il y a des détracteurs : les stakhanovistes des longueurs, les anti musculation et les précautionneux. C’est respectable.

DÉBAT.

Les nageurs et Côté-Corps

Sur leur terrain de jeu préféré  – la piscine – les nageurs de l’UQN sont coachés par un entraîneur précis, rigoureux, organisé  et attentif qui est depuis longtemps persuadé des bienfaits du renforcement musculaire à sec. Il nous a fait confiance.
Aucun des nageurs n’a fait de contre-performance depuis le début de cette association de savoir-faire.
Et surtout, Ils sont constants, impliqués, cohérents, attentifs et sportifs.

PLAISIR.

Image Credits: UQN Quimper, Arcaion CCO Public Domain, Ouest France, Didgeman CCO Public Domain